Christine Viens

Accueil  > Oeuvres et expositions  > Il pleuvait des oiseaux, Amos 2014  > Communiqué de presse

Il pleuvait des oiseaux, Amos 2014

Communiqué de presse

Après le roman voici l’exposition

Christine Viens, Amossoise de souche et arrière-petite fille du père de l’Abitibi, Hector Authier, présente son projet « Il pleuvait des oiseaux, l’exposition » du 30 mai 2014 au 31 août 2014 au Palais des arts Harricana d’Amos. L’artiste réalise une série d’œuvres picturales à partir de descriptions fournies par la romancière Jocelyne Saucier dans son roman Il pleuvait des oiseaux, récipiendaire de plusieurs prix littéraires prestigieux.

Le roman tout entier est habité par la légende du jeune Boychuck qui a erré pendant des jours dans les cendres fumantes du grand feu de Matheson. Devenu ermite au fond des bois, il laissa derrière lui une centaine de tableaux que seul le regard pénétrant de Marie-Desneige parvient à décrypter.

C’est à travers ce regard, que Christine Viens explore visuellement l’œuvre du peintre Boychuck.

Cette communication entre l’œuvre littéraire et l’œuvre picturale prend la forme d’une série de toiles à la fois sombres et lumineuses traduisant l’intensité dramatique du roman. Empruntant au style de Boychuck, tel que décrit par la romancière, certaines toiles présentent des empâtements vigoureux à l’acrylique qui donnent à l’œuvre une qualité presqu’abstraite. D’autres segments plus figuratifs, mettent l’accent sur un mixte média exploitant le dessin au fusain et au pastel amalgamé à la peinture, technique familière à l’artiste.

Ce projet s’inscrit avec cohérence dans la production artistique de Christine Viens qui s’interroge sur le rapprochement entre le monde animal et l’expérience humaine. Ici, l’humain et l’animal partagent la même impuissance face à des événements dramatiques. Par exemple dans « La vache pleureuse 1 et 2 » l’animal exprime une détresse toute humaine devant le paysage dévasté alors que dans « Les naufragés de la mare » hommes, oiseau et orignal se réfugient dans un même espace pour fuir l’incendie.

Les toiles de l’exposition donnent à suivre l’errance de Boychuck dans les décombres fumants telle que décrite par la romancière Jocelyne Saucier.

-30-

2003-2014 © Christine Viens Tous droits réservés

(Conception du site : Frits Douma)